Chant de Noël lorrain

Chants de NoëlDans notre vieille France, le fête de Noël se célébrait surtout par des chants populaires, et chaque province avait ses Noëls particuliers dans lesquels se reflétait le caractère du peuple chanteur. Aujourd’hui les Noëls ne se chantent plus dans la traditionnelle veillée qui précède la messe de minuit. C’était la foi sans doute, la première inspiratrice de ces chants antiques, mais une foi souvent peu éclairée et plusieurs de ces Noëls, tout en célébrant la naissance du Sauveur, ont une allure rien moins que religieuse.

Il semble que le caractère spécial des noëls lorrains soit d’identifier le temps où ils furent composés. Ils chantent la naissance de Jésus-Christ, l’adoration des bergers, l’adoration des Rois, la cruauté d’Hérode, et ils mettent en scène des personnages du siècle contemporain. A la suite des bergers auxquels ils donnent des noms lorrains, ils convoquent au berceau de l’Enfant-Dieu les habitants des villages, les bourgeois de la ville, à la suite des Rois-Mages ils appellent les princes, les seigneurs, les religieux et les religieuses de Nancy et des environs.

Citons les couplets suivants qui portent bien la marque lorraine :

Cassini NancyBourgeoisie de Nancy
Ne soyez en souci,
Soyez gaie et gaillarde
Cette journée ici
Que naquit Jésus-Christ
De la Vierge Marie,
Près le bœuf et l’ânon
Entre lesquels elle accoucha
Dans une bergerie,

Enfant_JésusLes filles de Machéville,
Comme en procession,
Leurs paniers bien garnis
Vont trouver le Poupon
Ayant ouï le son
Que faisaient des pasteurs joyeux
Lesquels n’étaient point las
De mener bonne vie.

Nancy_Pont_Essey_15Les Pucelles de Tomblaine
Ne furent point endormies,
Avec leur beurre et laine
Toutes au champ se sont mises,
Et toutes celles d’Essey
Ont passé la rivière
Après avoir ouï le bruit,
Comme aussi le débat,
De celles de Margéville.

 PoissonnieresEt celles de Champigneulle
Ont accouru au son,
De Boussière et Pompé,
Rosières, les Trois-Maisons,
Apportèrent beaux poissons,
Anguilles et rousselettes,
Et celles de Frouard, gaillard,
Apportèrent à grand pas
Un sac plein de perchettes.

Celles de Lay et Laxou
Firent très bien leurs devoirs,
Elles firent un beau présent
Au Roi qu’elles venaient voir,
Aussi celles de Viller
Négligeant leurs affaires
Se mettant toutes en chemin, matin
Pour trouver le Soula (1)
Du Monde aussi sa mère.

Ce Noël doit dater du XVIIè siècle; il a été réimprimé dans un recueil de 1807. Au début du XVIIIè siècle, les noëls de jadis avaient eu comme un regain de popularité; aujourd’hui ils sont à peu près perdus.

Source : LE PAYS LORRAIN – 1905 – Les anciens Chants de Noël – Abbé G. FLAYEUX

(1) SOULA : Sauveur
N.B. : Nos lecteurs lorrains devraient aisément retrouver les divers villages cités malgré l’ancienne orthographe des noms. 

2 Responses to Chant de Noël lorrain

  1. Marie-Blandine Pierson dit :

    J’ai reconnu les paroles d’un Noël que me chantait ma Grand-Mère, malheureusement je ne me rappelle plus de l’air!

  2. Tamanu dit :

    Sincèrement très heureux d’avoir ravivé de beaux souvenirs, mais malheureusement ce sera difficile de retrouver l’air aujourd’hui…
    Si des lecteurs le connaisse et me l’envoie, je le publierai avec plaisir pour vous Marie-Blandine !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :