Biographie de Louis GUÉBEL (1868-1920)

Blason de SarrebourgLouis GUÉBEL voit le jour le lundi 15 juin 1868 à 2h à Hoff (Arrondissement de Sarrebourg) (57630). Louis est notre SOSA N°8 – 4ème génération.

Il est le fils légitime de Jean, Nicolas GUÉBEL, Maçon, âgé de 51 ans et de Caroline SCHMITT, Journalière, âgée de 35 ans.

Chronique Franco-Lorraine de 1868 :

  • En Lorraine : Épidémie de dysentrie durant trois mois (100 morts)
  • Chef d’état : Napoléon III
  • En France : Loi Niel porte la durée du service militaire de 7 à 9 ans – La France acquiert le Dahomey – Loi accordant la liberté de réunion pour débattre de questions industrielles, agricoles ou littéraires – Les chambres syndicales sont désormais tolérées – Inauguration de la salle de lecture de la Bibliothèque impériale à Paris – Offenbach présente La Périchole
  • Mais aussi : Suppression de la différence entre le témoignage de l’ouvrier et celui du patron – Tellier découvre le principe de la conservation des aliments par le froid – Découverte du squelette de l’homme de Cro-Magnon – Naissance d’une nouvelle race de pomme : la Granny Smith – Planchon identifie le phylloxéra.

Louis sera Ferblantier.

Ferblantier : Fabricant d’outils et ustensiles, souvent ménagers tels que casseroles, bassines, assiettes, lanternes par exemple, en fer recouvert d’une fine couche d’étain, (fer blanc). A côté de la chaudronnerie, qui ne travaille que le cuivre ou le bronze, s’est développée dans les temps modernes l’industrie du fer blanc, qui consiste dans la fabrication d’objet faits avec des feuilles de fer mince trempées dans de l’étain en fusion. C’est une industrie récente ; le procédé de fabrication passe pour avoir été inventé en Bohême, à la fin du XVe siècle.

Colbert se donna beaucoup de peine pour l’introduire en France ; il chargea un représentant du roi de France en Allemagne, l’abbé de Gravel, de corrompre quelques ouvriers allemands et de les amener en France. L’abbé y réussit, et ces ouvriers fondèrent à Beaumont dans le Nivernais notre première fabrique de ferblanterie.

Depuis, cette industrie a prospéré ; elle s’est beaucoup augmentée de nos jours, par suite du développement de la préparation des conserves alimentaires, poissons, viandes, légumes, etc., que l’on renferme dans des boîtes en fer blanc. (Source : La France pittoresque)

Sa mère Caroline meurt le 12 mars 1872 à 22h, Louis est âgé de 3 ans.

Il fait son service militaire entre 1888 et 1891 à Sidi-Bel-Abbés comme soldat au 1er Régiment étranger.Drapeau du 1er R.E.

Loi du 16 août 1889 sur la réforme du service militaire :
Extension de la durée des obligations militaires de 20 à 25 ans, réduction du service actif à 3 ans.
– Service militaire proprement dit : 3 ans
– Puis disponibilité et réserve : 7 ans
– Puis territoriale : 6 ans
– Et enfin réserve de la territoriale : 9 ans.
– Total 25 ans.

Pour des raisons budgétaires, les soutiens de famille, les jeunes gens sortant de certaines écoles ou titulaires de certains diplômes, et ceux qui se destinent à l’enseignement ou au culte, ne servent qu’un an.

La durée du service dans la réserve passe de 4 à 7 ans, ce qui permet (en augmentant par ailleurs l’effectif des cadres) de constituer des unités de réserve rapidement utilisables en temps de guerre. Les premiers officiers de réserve sont issus, soit des volontaires d’un an, soit des officiers en retraite ; on les cantonne dans les services de l’arrière et leur avancement est tout d’abord limité au grade de sous-lieutenant (puis capitaine, puis jusqu’aux grades d’officiers supérieurs).

Louis GUÉBEL est naturalisé français, il faut rappeler que la Lorraine est annexée et chacun devait choisir entre la nationalité allemande ou française, le 8 décembre 1890, il a 22 ans
Naturalisation GUÉBEL Louis – Bulletin des Lois N° 2284 – Décret N° 35.162 du 08/12/1890

Son père Jean meurt le 3 juin 1892 à 18h, Louis est âgé de 23 ans.

En 1896, il habite à Saint-Nicolas-de-Port en Meurthe-et-Moselle (54).

Basilique de Saint-Nicolas-de-PortIl s’unit avec Marie, Joséphine PICARD, Sans profession, la fille légitime de Jean, Baptiste PICARD et de Catherine, Joséphine HUSSON.

Ce couple aura deux enfants :
– Marie, Louise, Henriette née en 1896.
– Marie, Louis né en 1898.

Note : A leur mariage Marie Joséphine est déjà enceinte de six mois et demi.

Ils se marient  le samedi 10 octobre 1896 à 11h à la Basilique de Saint-Nicolas-de-Port (54).

Pour la petite histoire, nous noterons que Louis Marcel (notre grand-père) fils de Louis né en 1900 de sa seconde épouse Madeleine, en sa qualité de couvreur-zingueur a réalisé dans les années 1940 la réfection du toit de la Basilique de Saint-Nicolas-de-Port. Il était accompagné de Louis Charles son fils (et donc petit-fils de Louis). Au cours de cette réfection il a gravé son nom sur l’une des ardoises de la couverture à côté d’une des tours. On peut donc affirmer avec humilité que le nom des « GUÉBEL » est porté, encore aujourd’hui, bien haut au cœur de notre belle région de Lorraine.

Chronique Franco-Lorraine de 1896 :

  • En Lorraine : En janvier, le thermomètre chute dans les Vosges à – 28° C – A Nancy, Gallé crée la cristallerie de l’avenue de la Garenne – A Saint-Dié, le feu d’artifice du 14 juillet met le feu au clocher de l’église Saint-Martin qui sera entièrement détruite – Dans les Vosges, la rupture de la digue de l’étang de Bouzey alimentant le canal de l’Est fait de nombreuses victimes – Forte crue de la Meurthe en novembre – Fondation de la Caisse de crédit agricole de Remiremont – A l’initiative de Maurice Pottecher, première du Diable, marchand de goutte au Théâtre du Peuple à Bussang
  • Au gouvernement : Félix Faure (Président de 1895 à 1899)
  • En France: Démission de Casimir-Perier – Félix Faure est élu président – Création du syndicat CGT, au congrès de Limoges – Création du gouvernement général de l’Afrique occidentale française (AOF) – Bertillon établit une méthode de mesures anthropométriques et sa théorie relative aux empreintes digitales – Gillette invente le rasoir de sûreté – Les frères Lumière font breveter le cinématographe. La première séance publique et payante est donnée au Grand Café à Paris. Deux films sont projetés : Sortie des employés des usines Lumière et Entrée en gare du train de La Ciotat.
  • Événements : La locomotive de l’express Granville-Paris percute le mur de la gare Montparnasse et s’abat dans la rue de Rennes, vingt mètres plus bas – Signature d’un traité confirmant le protectorat français sur Madagascar – Funérailles nationales de Pasteur – André et Édouard Michelin adaptent pour la première fois des pneus à une automobile – Le procès à Londres de l’écrivain Oscar Wilde, condamné aux travaux forcés pour homosexualité, défraie la chronique – Camille Claudel réalise Femme à sa toilette – Première représentation des Gaietés de l’escadron de Georges Courteline – Une nouvelle mode fait fureur à Paris : le pli du pantalon – Première exposition automobile au Champ-de-Mars – On chante La Paimpolaise de Botrel.

Sont présents au mariage :
– Joseph PICARD (Témoin) 28, mineur aux salines, domicilié à Saint-Nicolas, frère de l’épouse.
– Catherine, Joséphine HUSSON (Présente) Mère de l’épouse, veuve, sans profession, 52 ans, présente et consentante.

Entre décembre 1896 et 1920, il habite à Nancy (54395) – N° 29, Avenue Marcel, rebaptisée « rue de l’Abbé Lemire » depuis 1984.

  • Le 24 décembre 1896 à 12h naît sa fille Marie. Louis est âgé de 28 ans.
  • Le 28 décembre 1898 à 11h naît son fils Marie. Louis est âgé de 30 ans.
  • Le 30 décembre 1898 à 2h son épouse Marie meurt, Louis est âgé de 30 ans.

Il s’unit avec Madeleine PORTA, Cuisinière, la fille légitime de François PORTA et de Marie, Catherine HOFFMANN.

Marie de NancyCe couple aura neuf enfants :
Louis, Marcel né en 1900.
– Amélie née en 1901.
– Éléonore, Honorine, Joséphine née en 1902.
– Marcelle née en 1904.
– Berthe, Jeanne, Gabrielle née en 1904.
– Juliette, Jeanne, Gabrielle née en 1905.
– Germaine, Alice, Suzanne née en 1907.
– Anne, Marie, Adrienne née en 1914.
– Madeleine née en 1916.

Note : Il manque la seconde page de l’acte de mariage indiquant les témoins et les actes de Nancy ne sont en ligne aux archives que jusqu’en 1883.

Ils se marient  le jeudi 30 novembre 1899 à Nancy (54395).

Chronique Franco-Lorraine de 1899 :

  • En Lorraine : Apparition à Nancy des premiers tramways électriques – En décembre, un ouragan cause d’importants dégâts en forêt dans la vallée de la Meurthe – Épidémie de typhoïde à Nancy – Fondation à Épinal de la Caisse régionale de crédit agricole de l’Est, rayonnant sur les Vosges, la Meurthe-et-Moselle, la Haute-Saône, la Haute-Marne et le territoire de Belfort
  • Au gouvernement : Émile Loubet
  • En France : Loi sur le révision des procès criminels – René Bazin publie La Terre qui meurt – Mort du président Faure – Émile Loubet est élu président – Tentative de coup d’État de Paul Déroulède – Une loi fonde des caisses régionales de crédit agricole – La Cour de Cassation annule le jugement du conseil de guerre qui condamnait le capitaine Dreyfus à la déportation perpétuelle – Le baron Christiani frappe le président Loubet d’un coup de canne – Retour de Dreyfus en France – Fondation de l’Action française – Au second procès, Alfred Dreyfus est déclaré coupable de haute trahison avec circonstances atténuantes et condamné à dix ans de détention. Le Conseil des ministres décide de gracier Dreyfus Et également : Inauguration du Triomphe de la République, oeuvre de Dalou, place de la Nation – La durée de la journée de travail est portée de 11 à 10 heures pour les femmes et de 12 à 11 heures pour les hommes – Création de la Banque française pour le Commerce et l’Industrie (BFCI) – Une loi ouvre le barreau aux femmes – Explosion des poudrières de Lagoubran près de Toulon : 54 morts – Marc Sangnier fonde Le Sillon – Après 38 jours de siège, les membres de la Ligue antisémite retranchés rue Chabrol se sont rendus à la police – L’aspirine entre en pharmacie – Louis Renault construit sa première automobile – La Bourse se dote d’un immense cendrier (la Corbeille) autour duquel ont lieu les transactions – On chante Bonsoir Madame la Lune de Bessière.

– Le 30 juillet 1900 à 22h naît son fils Louis. Louis est âgé de 32 ans.
– Le 20 août 1901 à 5h naît sa fille Amélie. Louis est âgé de 33 ans.
– Le 14 décembre 1902 à 15h naît sa fille Éléonore. Louis est âgé de 34 ans.
– Le 20 février 1904 naît sa fille Marcelle. Louis est âgé de 35 ans.
– Le 20 février 1904 à 10h naît sa fille Berthe. Louis est âgé de 35 ans.
– Le 12 avril 1904 à 21h sa fille Berthe meurt, Louis est âgé de 35 ans.
– Le 9 juin 1905 à 19h naît sa fille Juliette. Louis est âgé de 36 ans.
– Le 7 juin 1907 à 6h naît sa fille Germaine. Louis est âgé de 38 ans.
– Le 19 décembre 1907 à 6h sa fille Germaine meurt, Louis est âgé de 39 ans.
– Le 20 novembre 1912 à 5h sa fille Amélie meurt, Louis est âgé de 44 ans.
– Le 14 septembre 1914 à 17h naît sa fille Anne. Louis est âgé de 46 ans.
– Le 17 janvier 1915 à 3h sa fille Anne meurt, Louis est âgé de 46 ans.
– Le 22 mai 1916 à 2h naît sa fille Madeleine. Louis est âgé de 47 ans.

Le 22 mai 1916 à 3h son épouse Madeleine meurt, Louis est âgé de 47 ans.
Le 8 mai 1919 à 4h sa fille Juliette meurt, Louis est âgé de 50 ans.

Nancy - Avenue de StrasbourgLouis GUÉBEL est décédé le mardi 9 mars 1920 à 4h, à l’âge de 51 ans, à Nancy (54) – N° 29, Avenue de Strasbourg.
Sont présents :
– Jean RUMEBE (Déclarant) Commis à la Mairie
– Suzanne MORBY (Déclarant) Infirmière.


Texte des sources

Décès de GUÉBEL Louis – le 09/03/1920 – Acte N° 752 :

Le neuf mars mil neuf cent vingt, à quatre heures, Louis GUÉBEL, né à Hoff (Meurthe) le vingt et un juillet mil huit cent soixante huit, ferblantier,
fils de Nicolas GUÉBEL, décédé, et de Caroline SCHMITT son épouse, décédée
Veuf de Madeleine PORTA, domicilié à Nancy, Avenue Marcel N° 29, est décédé rue de Strasbourg N° 29.

Dressé le neuf mars mil neuf cent vingt à dix heures sur la déclaration de Suzanne MORBY, cinquante-cinq ans, Infirmière, veuve de Victor SCHÉRIER, et de Jean RUMÈBE, vingt-deux ans, Commis à la Mairie, domiciliés à Nancy, qui lecture faite ont signé avec Nous, Émile DEVIT, Officier d’Académie, Adjoint au Maire, délégué faisant fonction d’officier de l’état-civil de la ville de Nancy, département de Meurthe et Moselle.

Mariage GUÉBEL – PICARD :

L’an mil huit cent quatre vingt seize, le dix octobre, à onze heures du matin, devant nous Edouard BRUNNER premier adjoint au Maire de la Ville de Saint-Nicolas-du-Port, arrondissement de Nancy, département de Meurthe-et-Moselle, remplissant les fonctions d’officier de l’état civil par délégation spéciale de Monsieur le Maire empêché étant à l’Hôtel de Ville sont publiquement comparus :

– D’une part : Louis GUÉBEL, âgé de vingt huit ans, ferblantier, domicilié à Saint-Nicolas-du-Port, né à Hoff ci devant arrondissement de Sarrebourg, département de la Meurthe, aujourd’hui Lorraine annexée, le quinze juin mil huit cent soixante huit ainsi que le constate son acte de naissance produit par extrait en bonne forme, fils majeur de Nicolas GUÉBEL, en son vivant maçon demeurant à Niderviller, arrondissement de Saverne (Alsace – Lorraine), y décédé le trois juin mil huit cent quatre vingt douze et de Caroline SCHMITT, épouse de ce dernier, décédée à Hoff le douze mars mil huit cent soixante douze ainsi qu’il résulte pour ces deux décès des actes y relatifs produits par extraits en bonne forme. L’original de chacun de ces extraits en langue allemande est accompagné de sa traduction en français faite par Monsieur SCHMITT traducteur juré à Nancy; Petit-fils du côté paternel de Claude GUÉBEL et Marie Joséphine BOUR et du côté maternel de Anselme SCHMITT et de Marie GEBEL tous quatre également décédés.

– D’autre part : Marie Joséphine PICARD, âgée de vingt-deux ans, sans profession, domiciliée à Saint-Nicolas-du-Port où elle est née le neuf janvier mil huit cent soixante quatorze ainsi que le constate son acte de naissance produit par extrait en bonne forme, fille majeure de Jean-Baptiste PICARD quand vivait mineur aux Salines, domicilié à Saint-Nicolas, y décédé le vingt sept mars mil huit cent quatre vingt treize, ainsi qu’il résulte de son acte de décès produit par extrait en bonne forme, et de Catherine Joséphine HUSSON, épouse de ce dernier restée sa veuve, la dite dame sans profession, âgée de cinquante deux ans, également domiciliée à Saint-Nicolas, ici présente et consentante.

Lesquels comparants nous ont requis de procéder au mariage projeté entre eux et dont les publications ont eu lieu en cette ville les dimanches vingt-sept septembre dernier et quatre octobre courant, ainsi qu’il appert des actes inscrits les dits jours sur nos registres de l’état civil.

Aucune opposition au dit mariage ne nous ayant été signifiée, faisant droit à la réquisition des parties, après leur avoir donné lecture des pièces et actes ci-dessus mentionnés et du Chapitre VI du Titre V du Code civil intitulé Du Mariage, après avoir reçu des futurs époux, de la mère de la future et des quatre témoins ci-après nommésl’affirmation sous la foi du serment que les aïeuls et aïeules paternels et maternels du futur époux sont décédés et qu’ils ignorent la date de leur décès ainsi que leur dernier domicile,

nous avons demandé aux requérants en conformité de la loi, s’ils ont fait précéder leur union d’un contrat de mariage, sur leur réponse négative nous leur avons ensuite demandé s’ils voulaient se prendre pour mari et femme et chacun d’eux ayant répondu séparément et affirmativement, nous avons déclaré et déclarons au nom de la loi que Louis GUÉBEL et Marie Joséphine PICARD sont unis par le mariage.

De tout quoi nous avons dressé le présent acte en présence de :
1° Joseph DUGOUR, âgé de soixante treize ans, ancien mineur, domicilié à Nancy, oncle maternel de l’épouse,
2° Nicolas HUSSON, âgé de cinquante ans, mineur aux Salines, domicilié à Saint Nicolas, oncle maternel de l’épouse
3° Joseph PICARD, âgé de vingt-huit ans, mineur aux Salines, domicilié à Saint-Nicolas, frère de l’épouse,
4° et Charles ROUSSEL, âgé de trente-cinq ans, ouvrier de Salines, domicilié à Saint-Nicolas, ami de l’épouse,

Lesquels, ainsi que les parties contractantes et la mère de l’épouse ont signé avec nous aux deux registres après lecture et collation.

Signatures : Marie Picard – Louis Guebel – Dugour Joséphin – J Husson – Picard J. – N. Husson – Brunner – Roussel.

Mariage GUÉBEL – PORTA – Acte N° x01 :

L’an mil huit cent quatre-vingt dix-neuf, le trente novembre à onze heures du matin, par devant nous Alexandre Alexis Georges LE MONNIER, Officier de l’Instruction publique, Chevalier du Mérite Agricole, Adjoint au Maire de la ville de Nancy, délégué pour remplir les fonctions d’officier de l’état-civil, sont publiquement comparu en l’hôtel de ville :

– D’une part, Mr Louis GUÉBEL, Ferblantier, domicilié à Nancy, rue de Strasbourg, n° 82, âgé de trente un ans, né en la commune de Hoff, arrondissement de Sarrebourg, département de la Meurthe, le quinze juin mil huit cent soixante-huit, comme il conste de son acte de naissance qui nous a été remis ; veuf de Marie Joséphine PICARD, sans profession, décédée à Nancy, le trente décembre mil huit cent quatre-vingt dix-huit, comme il conste l’acte que nous avons vérifié ; fils majeur des défunts Nicolas GUÉBEL, Maçon, décédé à Niderviller (Alsace), le trois Juin mil huit cent quatre-vingt-douze, et Caroline SCHMITT, Journalière, décédée à Hoff (Lorraine), le douze Mars mil huit cent soixante-douze, comme il conste des actes qui nous ont été remis et qui font mention du décès de ses aïeuls paternels et de son aïeul maternelle.

– D’autre part, Melle Madeleine PORTA, Cuisinière, domiciliée à Nancy, rue de Strasbourg, n° 32 ; âgée de vingt-quatre ans, Alsacienne, née en la commune de Siltzheim, arrondissement de Saverne (Alsace), le dix neuf septembre mil huit cent soixante-quinze, comme il conste de son acte de naissance qui nous a été remis ; fille majeur du défunt François PORTA et de Marie Catherine HOFFMANN, sa veuve, Ménagère, domiciliée à Siltzheim (Alsace).

Lesquels nous ont requis de procéder au mariage projeté entre eux et dont les publications ont eu lieu les dimanches premier et huit octobre dernier, ainsi qu’il conste des actes inscrits sur les registres de cette ville.

Aucune opposition au mariage ne nous ayant été signifiée, faisant droit à la réquisition des parties, après leur avoir donné lecture des pièces ci-dessus mentionnées, qu’elles ont paraphées avec nous et qui restent annexées au présent acte et du chapitre six du titre du Code civil, intitulé du mariage, interpellation faite aux futurs époux, ils ont déclaré ne pas avoir passé de contrat.

Nous avons demandé aux requérants s’ils veulent se prendre pour mari et femme et chacun d’eux ayant répondu séparément et  affirmativement, déclarons au nom de la loi que Mr Louis GUÉBEL et Melle Madeleine PORTA sont unis par les liens du mariage.

2 Responses to Biographie de Louis GUÉBEL (1868-1920)

  1. tamanu dit :

    Je remercie d’avance les descendants de Louis GUÉBEL pour leurs futurs commentaires et envois d’informations supplémentaires (anecdotes, souvenirs, photos … etc.) qui me permettront de compléter sa biographie.

  2. Ping : Biographie de Johann Adam GUÉBEL (1741-1807) | Le Couarail de Tamanu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :