Nancy - Avenue de Strasbourg

Avenue de Strasbourg

Nancy – Avenue de Strasbourg

Une des avenues les plus célèbres de Nancy, qui comme son nom l’indique mène à Strasbourg.

Historique et célèbre principalement car elle vit naître et mourir nombre de nos ancêtres, et notamment notre arrière grand-père Louis GUÉBEL (1868-1920). Sur ces 11 enfants, nombreux naquirent et décédèrent également à la « Maison de Secours » qui n’est autre que l’hôpital Central de Nancy.

L’Hôpital Civil devenu Hôpital Central en 1931 :

Construit aux frais de la ville de Nancy entre 1879 et 1883 sur un terrain du faubourg Saint Pierre, appartenant aux Hospices Civils de Nancy, le nouvel établissement qui reçut le nom d’Hôpital Civil, accueillit ses premiers malades le 23 octobre 1883.

Avec une capacité de 300 lits, il comprenait deux cliniques médicales et deux cliniques chirurgicales réparties dans deux grands pavillons d’hospitalisation : les pavillons Collinet-de-la-Salle et Roger-de Videlange.

Très rapidement la capacité de l’établissement se révéla insuffisante et de nouveaux pavillons durent être édifiés :
„ le pavillon des contagieux (en 1884, agrandi en 1895)
„ le pavillon Virginie Mauvais (1894) qui devait recevoir les services d’enfants
„ le pavillon Bruillard-Balbâtre (1897) abritant le service d’Ophtalmologie.

Un pavillon fut aménagé en 1904 pour accueillir les malades fortunés, de plus en plus attirés par la réputation du corps médical (la Pension, puis clinique Bon Secours). Au cours de cette période, les Hospices Civils de Nancy qui, outre l’Hôpital Civil, comprenaient l’Hospice Saint Julien (établissement hébergeant des vieillards) et l’Hospices Saint Stanislas (accueillant des enfants orphelins et abandonnés), étaient régis par la loi du 7 août 1851 qui avait confié aux Commissions Administratives chargées de gérer les établissements hospitaliers, de larges compétences.

Entre 1884 et 1914, l’activité hospitalière progressa fortement en raison des progrès médicaux, de la renommée du corps médical et universitaire nancéien ainsi que de l’institution en 1893 de l’aide médicale gratuite.

Le nombre des entrées de malades quadrupla et la proportion des malades payants s’accrut proportionnellement davantage que celle des indigents. La première guerre mondiale vint brutalement freiner cette évolution et en perturbant gravement les finances hospitalières, fit ajourner les projets d’extension.

Pendant la guerre, les Hôpitaux de Nancy, jouèrent un rôle important dans l’accueil des blessés du fait de leur proximité du front (à une vingtaine de kilomètres) et leur remarquable conduite durant ces années difficiles leur valut le 27 juillet 1930, une citation à l’Ordre de la Nation. En dépit des difficultés financières provoquées par la guerre, la Commission administrative parvint à rénover et à agrandir l’Hôpital Civil entre les deux guerres.

Cette seconde période fut marquée par une expansion intra-muros et extra-muros, avec l’édification de nouvelles constructions dans l’enceinte hospitalière (ex : pavillon Krug, Pharmacie) et l’ouverture de nouveaux établissements (Hôpitaux Villemin – Maringer – Fournier – Sanatorium Paul Spillmann à Lay Saint Christophe).

Source : http://www.professeurs-medecine-nancy.fr/Historique_Hopitaux_CHU.htm

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :